Programme du colloque Mégarika III – Athènes, 27-28 juin 2024

Les 27 et 28 prochains se tiendra à Athènes le colloque international Megarika III – From Sicily to the Black Sea: Latest Research on Ancient Megarian Cities, organisé par R.-M. Bérard (Aix- Marseille Université) et Th. Lucas (Université de Picardie Jules Verne. 

Retrouvez le programme ici : 2024-06-27-28-MEGARIKA_programme-DEFINIIF

Présentation :

Ce colloque international conclut le programme « AUXMEGA : Migrations, identités et réseaux en Méditerranée grecque archaïque (hommes, techniques, savoirs). L’exemple de Mégara Nisaea et Mégara Hyblaea[1]» et constitue l’aboutissement de deux ans de collaborations scientifiques entre l’Ecole française de Rome et l’Ecole française d’Athènes pour promouvoir la recherche et la formation autour des deux cités mégariennes de Mégara Niseae et Mégara Hyblaea.

Cette rencontre s’inscrit en outre dans la lignée de deux précédents colloques dédiés aux cités mégariennes : le premier en 1982, organisé par Juliette de la Genière et consacré à Mégara Nisaea, Mégara Hyblaea et Sélinonte[2] ; le second en 2012, organisé par Adrian Robu et Iulian Bîrzescu, intitulé Mégarika. Nouvelles recherches sur Mégare et les cités mégariennes de la Propontide et du Pont-Euxin. Archéologie, épigraphie, histoire[3]. Plus de dix ans après ce dernier, cette nouvelle rencontre vise à mettre à jour les connaissances et les réseaux de la recherche mégarienne en présentant les derniers résultats des travaux en cours non seulement à Mégare, mais aussi dans ses colonies de Sicile, de Propontide et du Pont-Euxin. Les travaux historiques et épigraphiques, ainsi que les fouilles archéologiques menées au cours des dix dernières années ont en effet permis d’apporter de nombreuses données encore inédites sur la structure urbaine, l’organisation du territoire, les pratiques funéraires, les institutions ou encore les productions artisanales des cités mégariennes. A travers la présentation de ces résultats, on souhaite ainsi interroger la nature des liens qui existaient entre la métropole et les autres cités mégariennes, envisager la variété des échelles des réseaux de circulations et d’échanges, commerciaux et culturels, dans lesquels elles s’insèrent. Enfin, on souhaite mettre en évidence la part des évolutions spécifiques à chaque cité, notamment à la lumière des échanges à l’échelle locale avec les populations grecques et non grecques environnantes. En réunissant des chercheurs grecs, français, italiens, roumains, turcs, allemands et anglo-saxons, nous souhaitons ainsi faire tomber les barrières qui cloisonnent trop souvent la recherche sur la colonisation grecque  par pays ou par zone de la Méditerranée et favoriser ainsi de nouvelles collaborations scientifiques à la hauteur des réseaux des anciennes cités mégariennes elles-mêmes.

[1] AMX-21-PEP-025, coordonné par R.-M. Bérard et financé par l’Initiative d’excellence A*Midex sur le Programme France 2030.

[2] La Genière, Juliette de, Arthur Muller, Claude Vatin, Claude Bérard, Georges Vallet, Henri Broise, Michel Gras, et Henri Tréziny. « Chronique d’une journée mégarienne ». Mélanges de l’école française de Rome 95, no 2 (1983), p. 617‑50. https://doi.org/10.3406/mefr.1983.1385.

[3] Robu, Adrian, et Iulian Bîrzescu, éd. Mégarika. Nouvelles recherches sur Mégare et les cités mégariennes de la Propontide et du Pont-Euxin. Archéologie, épigraphie, histoire. Actes du colloque international de Mangalia, 8-12 juillet 2012. Paris : De Boccard, 2016.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
remb (8 juin 2024). Programme du colloque Mégarika III – Athènes, 27-28 juin 2024. Mission archéologique à Mégara Hyblaea. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sb5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.